Tireur d'élite 2e RIMa

Tireur d’élite dans l’armée française

de lecture - mots

Dans l'armée française, un tireur d'élite ou tireur d'élite longue distance, est un soldat qui effectue des tirs d'une grande précision sur de très longues distances dans le but de neutraliser une cible humaine ou matérielle. Il opère généralement en équipe. Sa mission principale est d'observer, de collecter et de transmettre du renseignement au commandement. 

 

Histoire des tireurs d'élite et records

La notion de "sniper" naît pendant la révolution américaine avec l'apparition du long fusil du Kentucky. Pendant le première guerre mondiale, l'Amérindien Francis Pegahmagabow, héros de guerre de l'armée canadienne, a acquis une réputation d'excellent tireur d'élite. 378 tirs mortels lui sont attribués. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la tireuse d'élite soviétique Lioudmila Pavlitchenko a été surnommée "Lady Death". En tout, elle a tué 309 nazis. 

 

 

En 2016, l'adjudant Benjamin, du 4e régiment de chasseurs de Gap, a battu le record du monde de tir longue distance à l'entraînement. Il a touché une cible située à 4 150 mètres avec un fusil de précision 408 Cheytac.

Le record de distance de tir létal est, lui, détenu par un Canadien, membre de la Deuxième Force opérationnelle interarmées (forces spéciales canadiennes). Il a effectué un tir à 3.540 mètres de distance avec un McMillan Tac-50 dans la province de Ninive, en Irak, en 2017. 

 

Le rôle d'un tireur d'élite

 

  • La différence entre tireurs d'élite et tireurs de précision


 

L'armée française regroupe deux catégories de tireurs : les tireurs de précision et les tireurs d'élite. 

Les tireurs de précision appartiennent ou sont intégrés aux sections d'infanterie, de fusiliers marins ou de fusiliers de l'air. Depuis 1980, les tireurs de précision de l'armée de Terre utilisaient le fusils FRF2, progressivement remplacé dès 2020 par le SCAR-H PR (Special Combat Assault Rifle dans sa version Precision Rifle). Ce fusil de précision semi-automatique leur permet d'effectuer des tirs sur un objectif prioritaire désigné jusqu'à 800 mètres. Depuis l’Afghanistan un autre fusil semi-automatique : le HK 417 était en dotation dans plusieurs unités de l’armée Françaises jusqu'à l’adoption définitive du SCAR.

 

 

Les tireurs d'élite longue distance (TELD) ou tireurs d'élite (TE) sont répartis dans les trois armées (terre, air, mer). Dans chaque régiment d'infanterie de l'armée de Terre, il existe une section de tireurs d’élite (STE). Depuis 2001, les tireurs d'élite sont regroupés dans des sections au sein des compagnies d'éclairage et d'appui (CEA). Les groupes TE peuvent êtres détachés dans les compagnies en fonction des besoins en opération. À l’instar des unités conventionnelles les groupes TELD constituent des unités à part au sein des forces spéciales. Ils utilisent le fusil PGM Hécate II en 12,7 mm. Ils peuvent atteindre une cible personnelle jusqu’à 1.500 mètres et une cible de type véhicule léger jusqu’à 1.800 mètres. 

L'armée de Terre compterait quelque 900 tireurs d'élite et de précision dont environ 500 tireurs d'élite répartis dans les différents régiments. En 2018, une seule femme était tireuse d'élite au sein de l'armée de Terre.  

 

  • Une organisation en binôme ou en trinôme

 

 

Le tireur d'élite opère généralement en binôme avec un "spotter" ou chef de pièce. Il peut aussi évoluer en trinôme avec en plus un chef d'équipe autonome. 

Le chef de pièce joue un rôle essentiel. Son rôle compte pour 70% de la réussite du tir. Équipé d'une lunette monoculaire et de jumelles, il aide le tireur dans le calcul du tir en lui donnant les corrections à appliquer sur ses éléments de visée. 

Ces corrections dépendent d'éléments comme la vitesse, la force et la direction du vent, la courbure de la Terre, la température, la pression atmosphérique, etc. 

 

 

Il est important d'être deux lors d'une mission car les tireurs peuvent rester en observation pendant 36 heures au même poste. Le spotter est aussi un ancien tireur d'élite. Il est donc capable de tirer et de relayer le tireur d'élite si besoin. 

 

  • Les missions des tireurs d'élite


     

       

      Les tireurs d'élite sont déployés sur plusieurs zones d'opérations comme au Sahel (opération Barkhane) et au Moyen-Orient (opération Chammal). Au sein d'un conflit, ils peuvent être détachés d'une compagnie pour effectuer des missions autonomes défensives ou de sûreté. Les missions peuvent durer de plusieurs heures à plusieurs jours, et ce en milieux isolés.

      Le tir, pour détruire des cibles prioritaires, ne représente que 10% à 20% du travail d'un tireur d'élite. Sa mission consiste en priorité à observer et collecter du renseignement.  

      Lorsqu'il est en mission, le tireur d'élite doit premièrement trouver l'emplacement adéquat pour en faire un poste de tir idéal. Pour cela, il faut qu'il ait un angle de tir large, un point de vue global sur la zone de combat, qu'il ne soit pas à la vue des ennemis et qu'il dispose d'une position de repli. 

      Pour éviter d'être repéré, il doit ramper sur le sol en tenue de camouflage en effectuant le moins de mouvements possibles. La progression est donc lente. En équipe, les soldats s'installent l'un après l'autre de manière à toujours être couverts. Certaines conditions comme la nuit ou le brouillard sont un avantage pour opérer en toute discrétion et ne pas être repérés

      La période d'action du tireur d'élite détermine le choix de son emplacement. Il doit tenir compte de sa position par rapport au soleil afin que le reflet dans la lunette ne le rende pas visible, et privilégier un endroit en hauteur afin de tirer en plongée.

       

      • Les unités des forces spéciales

       

         

        Ils existe des tireurs d'élite dans les unités de forces spéciales des trois armées (terre, air, mer). Ils sont déployés pour des missions très particulières sur les théâtres d'opérations. Et ils peuvent appartenir à l'une de ces unités de forces spéciales, toutes placées sous le commandement des opérations spéciales (COS).

         

        • Le 1er RPIMa (premier régiment de parachutistes d'infanterie de marine) est un régiment des forces spéciales de l'armée de Terre. Le 1er RPIMa est composé d’un état-major et de six compagnies Sticks d’Action Spéciale (SAS) constitué de 10 commandos. Chaque compagnie a sa propre spécialité. 

         

        • Le 13e RDP (13e régiment de dragons parachutistes) est une formation intégrée à la brigade des forces spéciales Terre (BFST), spécialisée dans la recherche du renseignement par des moyens humains.

         

        • Les commandos marine, unités d'élite de la Marine nationale française, agissent au profit du COS. Le Commando de Montfort fait partie des cinq commandos de groupes de combat qui la composent. Ce commando, au sein duquel opèrent les tireurs d'élite, est spécialisé dans la neutralisation à distance. 

         

        • La BFSA (brigade des forces spéciales air) regroupe les commando parachutistes de l’air (CPA) et les escadrons de protection. Chacune de ses unités possèdent des tireurs de précision voir des TELD (notamment au sein des CPA). En france, les TE sont notamment utilisés pour la mission de posture permanente de sûreté aérienne(PPS-A).

         

        Comment devenir tireur d'élite

         

         

        • Des débuts en tant que tireur de précision

        En règle générale, afin de devenir tireur d'élite, il faut avoir servi plusieurs années comme tireur de précision au sein d'un régiment et faire partie des meilleurs tireurs. 

        Pour devenir tireurs de précision, les soldats sont généralement repérés dans leur compagnie parmi les meilleurs tireurs. Ils doivent aussi être dotés de qualités indispensables à cette spécialisation comme une certaine adaptabilité à l'environnement et à la vie sur le terrain. Ce sont aussi des soldats qui doivent être calmes, autonomes, maîtres d'eux-mêmes, avoir l'esprit d'initiative et faire preuve de rusticité

         

        Une fois repérés, les volontaires doivent suivre une formation exigeante de huit semaines pour devenir tireurs de précision. 

        Le tireur de précision qui souhaite évoluer vers la spécialité tireur d'élite doit demander à son chef de section la possibilité d'effectuer les épreuves de sélection pour intégrer la STE. Les places sont chères et dépendent des états de service du soldat, de ses aptitudes et des besoins des armées. 

         

        • Les différents cursus de la formation TELD

        Seuls les meilleurs tireurs de précision d'un régiment sont sélectionnés pour suivre la formation TELD (Tireur d'élite longue distance). Ces soldats doivent être volontaires, motivés, avoir un goût pour l'effort, savoir travailler en équipe, bien s'orienter de nuit comme de jour et être maître de soi.

        La formation TELD se compose de plusieurs cursus (tireur, chef d’équipe, chef de groupe). Les étapes sont progressives et ne peuvent être franchis qu’après plusieurs années au sein de la STE et en fonction du grade.

         

          

        Après la réussite aux test d’intégration, la formation se déroule au sein du régiment et sur un des camps d’entraînement de l’armée de Terre pour bénéficier de champs de tir suffisamment grands pour effectuer les tirs à longue distance (au delà de 800 mètres). La formation dure entre quatre à huit semaines. 

        Au cours de leur formation, les futurs tireurs d'élite apprennent le tir de précision, la topographie, les techniques de camouflage, le secourisme, l'observation dans le but de fournir des renseignements. L’entraînement physique est quotidien. Tous les déplacement s'effectuent avec l’équipement complet, soit un sac, avec l’arme, d’environ 40 kilos. Régulièrement les aspirants TELD doivent exécuter des marches commando de huit à dix kilomètres avec tout leur équipement sur le dos. 

         

        • Les qualités nécessaires

         

         

        Afin de devenir tireur d'élite, il ne suffit pas d'être bon tireur. Il faut réunir de nombreuses qualités essentielles à cette spécialité. 

        Il faut ainsi être aguerri, avoir acquis de solides connaissances en topographie, maîtriser parfaitement les instruments du tir à longue distance, savoir évaluer les différents paramètres extérieurs, savoir changer d'emplacement après chaque tir, etc.

        Il faut être de tempérament calme, discret, très patient, faire preuve de sang-froid, d'une grande capacité de concentration, et d'un sens du devoir et des responsabilités. 

        Il faut aussi avoir une acuité visuelle parfaite et être en excellente condition physique. Un tireur d'élite doit souvent transporter jusqu'à 60 kg d'équipement sur le dos, par grosse chaleur ou par froid extrême, et ce sur plusieurs dizaines de kilomètres. Les tireurs d'élite sont autonomes et doivent donc transporter sur eux de quoi boire, manger, dormir, se changer, un gilet pare-balles, une tenue de camouflage, des munitions ainsi qu'un fusil de 17 kg. 

         

        • Le challenge TELD

         

         

        Le challenge TELD a été créé pour permettre aux tireurs d'élite de l'armée de terre de se confronter entre eux. Depuis 2013, il a lieu chaque été au CEITO (centre d'entraînement de l'infanterie au tir opérationnel) sur le plateau du Larzac.

        Il a été créé après une prise de conscience survenue en 2011-2012. L'armée constate que le niveau de ses tireurs d'élite n'est pas exceptionnel car ils manquent de temps et de champs de tirs pour pouvoir s'entraîner correctement. L'école d'infanterie a donc demandé au CEITO de recréer une épreuve dédiée au tir longue distance avec des PGM Hecate II, des FRF2 et des HK-417.

        Pendant une semaine, les différents groupes s'entraînent au tir, enchaînent les ateliers et s'échangent astuces et méthodes de travail.

        Le challenge TELD compte 22 épreuves dont trois de nuit. Parmi elles : une course d'orientation, une marche commando, du tir à différentes distances, et du secourisme au combat.

         

         

         

         

         

        Le matériel des tireurs d'élites

         

        • Les fusils utilisés par les tireurs d'élite français

        Les tireurs utilisent en général un PGM Hécate II en 12,7 mm. C'est un fusil de précision à répétition manuelle à verrou en calibre 12,7 mm (.50 BMG). Ce calibre permet des tirs précis à plus de 1.800 mètres et des tirs anti-matériels efficaces.  

         

        Le PGM Hécate II mesure près d'1,50 mètre pour 17 kg. Il est équipé d'une lunette jour de grossissement 10, graduée de 500 à 1.800 mètres et peut être aussi équipé d'une lunette nocturne et d'un bipied. Ce fusil est fabriqué et distribué par PGM Précision, une firme française (voir notre podcast "dans les coulisses de PGM Précision"). Il a été conçu pour un usage militaire. 

         

        Les sections de tireurs d'élite sont équipés : 

        • d'un PGM pour les tirs longue distance jusqu'à 1.800 mètres 
        • d'un fusil de précision FRF2 ou HK417 pour les tirs de moins de 800 mètres
        • d'un fusil d'assaut KH 416 ou Famas pour les tirs jusqu'à 300 mètres 
        • d’une arme de poing 

         

        Début janvier 2021, l'armée de Terre a lancé un appel d'offres pour la fourniture de fusils de précision multi-calibres. Elle souhaite trouver une alternative au PGM Hécate II, considéré « trop lourd, trop encombrant et dont les balles sont très grosses ». L'armée cherche donc une arme aussi performante que le PGM Hécate II mais plus légère, plus courte et avec un calibre différent.

         

        • La tenue de camouflage

         

        Afin d'être le plus discret possible et de se fondre dans son environnement, le tireur d'élite peut utiliser une tenue de camouflage appelée la ghillie

        Elle se compose de différents tissus en matériaux variés qui permettent de reproduire l'aspect d'une brousse, de roches, ou d'un terrain particulier en trois dimensions. 

        Cette tenue de camouflage ne dispense toutefois pas les tireurs d'élite de changer d'emplacement après chaque tir afin de ne pas être repérés. 

         

        Les snipers sur grand écran

         Au cinéma, le tireur d'élite est plus fréquemment connu sous la dénomination anglophone "sniper". Il est présenté comme un soldat héroïque agissant seul et passant la majeure partie de son temps à effectuer des tirs létaux. Une vision finalement loin de la réalité du métier. 

        Toujours est-il que les snipers fascinent les téléspectateurs. A l'image du succès rencontré par certains films comme :  

         

        • "American Sniper" de Clint Eastwood, sorti en 2015

         

         

        • "Stalingrad" de Jean-Jacques Annaud, sorti en 2001

         

        • "Shooter, tireur d'élite" d'Antoine Fuqua, sorti en 2007


        Laissez un commentaire