Le renouvellement de l’armement français

Armement, FPSA, GLOCK 17, HK 417, SCAR H -

Le renouvellement de l’armement français

de lecture - mots

La Loi de programmation militaire 2019-2025 a pour objectif la montée en puissance de l’armée française. Celle-ci inclus un renouvellement d’une grande partie de l’armement léger, afin de le moderniser et maintenir la supériorité opérationnelle des militaires français, notamment sur les théâtres d’opérations.

Ainsi, le fusil d’assaut FAMAS, les armes de poing PAMAC 50 et PAMAS G1 et le fusil de précision FR-F2, tous en dotation depuis des décennies, se voient progressivement remplacer par des armes plus modernes.



Le nouveau fusil d’assaut : du FAMAS au HK416F

En juin 2017, l’état-major des armées présentait le nouveau fusil d’assaut de l’armée française : le HK416, qui remplace peu à peu le FAMAS en dotation depuis les années 1970.


L’histoire du FAMAS

Dans les années 1960, les fusils utilisés par l’armée française deviennent obsolètes face à une présence de plus en plus forte du Kalachnikov AK-47 sur les théâtres d’opérations. En 1967 le gouvernement français lance alors un projet d’armement plus moderne afin de rattraper son retard dans le domaine. Le premier prototype de FAMAS, pour Fusil d’Assaut de la Manufacture d’Armes de Saint-Etienne, est conçu en 1970 par l’usine dont il tire son nom. L’armée française perçoit ses premiers fusils en 1979. Face à ses concurrents, le FAMAS est plus moderne, mais également plus cher et demande un entretien plus complexe.

FAMAS, fusil, armement, armée française, opération, Afghanistan


Quelle arme pour remplacer le FAMAS ?

La Manufacture d’armes de Saint-Etienne, reprise un temps par Giat Industries, cesse de produire les FAMAS en 1992 et ferme ses portes en 2001. Elle assure toutefois la maintenance des armes, que les trois armées françaises continuent d’utiliser.

En 2014, l’Europe organise un appel d’offre afin de renouveler son armement d’assaut, auquel plusieurs constructeurs répondent :

  • le belge FN Herstal avec son Scar
  • l’allemand Heckler und Koch avec son HK 416
  • l’italien Beretta avec son ARX 160
  • le croate HS Produkt avec son VHS-é
  • le suisse Swiss Arms avec son MCX

Le résultat annoncé par la Direction Générale de l’Armement (DGA) dévoile le 22 septembre 2016 que Heckler und Koch remporte le marché avec le HK416F, en deux versions.

HK 416, Heckler & Koch, fusil, armement armée française, fusil d'assaut

Le choix d’un nouvel armement produit en dehors du territoire national fait réagir en France. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense à l’époque, assure alors qu’aucune entreprise française ne détient la capacité de fabriquer ce type d’arme, et que l’installation d’une nouvelle filière serait trop coûteuse. La DGA soulignait également le bénéfice de ce marché à « renforcer les solides liens entre l’Allemagne et la France dans la Défense, et dans l’industrie de l’armement en particulier. »


La France commande alors 117 000 armes, ainsi que des accessoires et des munitions, pour un montant de 350 millions d’euros, avec des livraisons prévues entre 2017 et 2028.


Les premières livraisons de HK416F

Le 3 mai 2017, l’armée de Terre réceptionne un premier lot de 400 fusils HK416F, qui sont envoyés au 2e Régiment du matériel de Poitiers. Un mois plus tard, deux unités de l’armée française perçoivent pour la première fois ces nouveaux fusils. La 4e compagnie et la Section d’aide à l’engagement débarqué de la 13e Demi-Brigade de Légion étrangère se dotent de 250 HK416F, dont une centaine en version courte. La 5e compagnie du 1er Régiment de Tirailleurs quant à elle se dote de 150 HK416F.

HK 416 F, HK, Heckler & Koch, fusil, fusil d'assaut, armée française, légion étrangère

Les primo-formateurs se forment dès le mois d’avril par la Section technique de l’armée de Terre (STAT), et les instructions au tir peuvent ainsi débuter dès la perception de l’armement au sein des unités.


Situation actuelle dans l’armée française

L’armée de Terre a commandé un total de 93 080 HK416F, dont 38 505 versions standard et 54 575 versions courte.

Le rythme de livraison prévoyait 5 300 fusils d’assaut livrés en 2017, 10 000 de plus chaque année entre 2018 et 2023, et enfin 5 000 HK416F supplémentaires par an entre 2024 et 2028.

En 2020, 12 000 HK416F ont été livrés à l’armée française, portant le nombre total de fusils à 45 340. En 2021, le même nombre de HK416F devrait être livré, afin de respecter le nouveau rythme de livraison demandée par la Loi de programmation militaire 2019-2025.


Comparatif des caractéristiques techniques du FAMAS et du HK416F


Contrairement au FAMAS, le HK416F est une arme d’assaut ambidextre dotée d’une crosse réglable afin de s’adapter à toutes les morphologies des militaires. Il existe en deux versions aux seins des armées françaises : une version standard mesurant entre 83 et 93cm et une version courte mesurant entre 74 et 84cm. Cette dernière est destinée aux troupes embarquées ainsi qu’aux unités dites PROTERRE effectuant des missions de protection sur le territoire national.

HK, Heckler & Koch, Sentinelle, opération, Paris, 8e RPIMa, fusil, patrouille, parachutiste

Le FAMAS et le HK416F utilisent tous les deux des munitions de calibre 5,56mm au standard OTAN et sont également capables de tirer des grenades anti-véhicule et anti-personnel (grenades APV40 et AC58 pour le FAMAS, lance grenade 40mm pour le HK416F).

Le HK416F peut recevoir de nombreux accessoires (poignée, systèmes optiques…) grâce à ses quatre rails Picatinny

Bien équilibrée, cette nouvelle arme est « rustique, très fiable, extrêmement simple d’entretien et surtout très précise », résume le lieutenant-colonel Simon d’Haussonville dont la brigade a été l’une des premières à tester le HK416F.


FAMAS

HK416F

Standard

Court

Longueur (cm)

76

83 - 93

74 - 84

Longueur du canon (cm)

48,8

36,8

27,9

Poids (arme nue) (kg)

3,7

3,75

3,45

Poids (en ordre de combat) (kg)

4,6

4,5

4,2

Calibre (mm)

5,56

5,56

Vitesse initiale (m/s)

960

870

804

Cadence de tir automatique (cps/mn)

1 100

850

Cadence de tir pratique (cps/mn)

75

45

30

Portée maximale (m)

3 200

3200

Portée pratique (m)

500

400

300

Contenance du chargeur

25 cartouches

30 cartouches

 

 

La nouvelle arme de poing : du MAC 50 au Glock 17

En 2019, la Direction Générale de l’armement lance un appel d’offre afin de remplacer ses armes de poing datant des années 50 (PAMAC 50) ou des années 90 (PAMAS G1). Pour moderniser ses équipements, l’armée se dote alors du Glock 17.


Histoire du PAMAC 50 et son utilisation dans l’armée française

En 1946, le gouvernement français lance un vaste programme de remplacement des armes de poing. En effet le nombre élevé de modèles en dotation dans les armées l’incite à unifier cet armement par un seul pistolet.

Il s’agit du Pistolet automatique de 9mm modèle 1950, le PAMAC 50, dont la production est lancée le 16 août 1950 par la Direction des Matériels. La Manufacture d’Armes de Châtellerault prend en charge la fabrication du PAMAC 50, celle de Saint-Etienne étant déjà sollicitée par le fusil MAS 49.

PA MAC 50, pistolet, armée française, tir, armement, 9mm

Jusqu’en 1963, la Manufacture d’Armes de Châtellerault produit 221 900 exemplaires de ce pistolet, qui porte alors le marquage MAC modèle 1950. Puis de 1963 à 1978, la Manufacture d’Armes de Saint-Etienne prend le relai et en fabrique 120 000 supplémentaires, marqué MAS modèle 1950.

Ce pistolet automatique équipe les militaires et les policiers, qui l’appellent familièrement MAC 50 ou MAS 50, voire simplement PA.


L’arrivée du PAMAS G1 dans les armées françaises

Afin de remplacer le MAC 50, le pistolet automatique de la Manufacture d’Armes de Saint-Etienne est mis en service en 1989. Cette nouvelle arme de poing, nommé PAMAS G1, dote dans un premier temps les unités de la Gendarmerie nationale. Elle arrive en 1992 au sein de l’armée de l’Air, puis de l’armée de Terre en 1999.

PAMAS G1, pistolet automatique, armée française, 9mm

Près de 100 000 PAMAS G1 sont produites pour les militaires. Aujourd’hui, ils équipent notamment les réservistes de la Gendarmerie nationale, la Gendarmerie de l’Air, les officiers de l’armée de l’Air et de l’Espace et une grande partie des unités Terre.


L’appel d’offre pour un nouveau pistolet semi-automatique

En juillet 2017, le Général Jean-Pierre Bosser, alors chef d’état-major de l’armée de Terre, soulignait devant le Parlement la vétusté des pistolets : « Nous avons également un pistolet qui date des années 1950 ! Très franchement, aujourd’hui, ni les forces de sécurité intérieures, ni les soldats étrangers que j’ai rencontrés cette année ne sont dotés d’une arme de poing des années cinquante ! »

Sa volonté de percevoir un armement plus moderne sera approuvée quelques années plus tard, puisque le 2 mars 2019 un appel d’offre est lancé. Celui-ci évoque 74 596 pistolets, 51 millions de cartouches (45 millions de cartouches standard OTAN, 2 millions de cartouches subsoniques et 4 millions de cartouches marquantes), 9 000 pistolets d’entrainement ainsi que des accessoires (7 000 kits de réducteur de son, 25 000 valises anti-écrasement, 800 outillages de simbleautage laser).

Trois constructeurs parviennent à la finale :

  • le tchèque Česka zbrojovka avec son pistolet CZ P-10
  • le croate HS Produkt avec son HS XDM
  • l’autrichien Glock avec son Glock 17 Gén 5 (Génération 5)

Et le 6 janvier 2020 Glock remporte le marché avec le plus récent de ses modèles pour un montant de 44 millions d’euros, grâce à une arme offrant « fiabilité et robustesse ».

pistolet, pistolet automatique, Glock 17, tir, armée française

Les premières livraisons s’effectuent en décembre 2020 ; la 14e Base de soutien du matériel (BSMAT) réceptionne ainsi les 5 000 premiers Glock 17 G5.

En 2022, le Glock 17 équipera les trois armées, notamment l’armée de Terre qui percevra 80% de la commande (10% pour l’armée de l’Air et de l’Espace, 8% pour la Marine Nationale et 2% pour certains services interarmées).


Comparatif des caractéristiques techniques du PA, du PAMAS et du Glock 17 G5

Malgré une taille intermédiaire entre le PAMAC 50 et le PAMAS G1, le Glock 17 G5 est pourtant plus léger que ses deux prédécesseurs. Le calibre reste le même, du 9mm, cependant la contenance du chargeur du Glock est plus élevée surtout comparée au MAC 50.

Enfin, la géométrie interne du Glock 17 G5 a évolué, et devrait permettre une plus grande durée de vie et précision dans le temps.


 


PA MAC 50

PA MAS G1

Glock 17 Gen 5

Longueur (mm)

195

217

202

Longueur du canon (mm)

111

125

114

Poids (arme nue) (g)

890

975

711

Calibre (mm)

9 x 19

Vitesse initiale (m/s)

315

347

467

Cadence de tir pratique (cps/mn)

18

30

30

Portée pratique (m)

50

Contenance du chargeur

9 cartouches + 1 dans la chambre

15 cartouches

17 cartouches



 

Le nouveau fusil des tireurs de précision : du FR-F2 au SCAR H

Afin de poursuivre sa montée en puissance et le renouvellement de son armement, l’armée française est également en train de remplacer le fusil utilisé par ses tireurs de précision. Ainsi, en 2022, toutes les unités seront dotées du SCAR H PR du constructeur FN Herstal.


Histoire du fusil de précision FR-F2

A partir de 1950, le fusil automatique modèle 1949, aussi appelé MAS 49, entre en service dans l’armée française. Il peut être doté d’une lunette permettant ainsi les tirs de précision.

Une version nommée MAS 49/56 est produite. D’une taille et d’un poids réduits, elle est plus maniable que la version standard. Cependant, la Guerre d’Algérie démontre que l’utilisation d’une arme automatique comme arme de précision est une mauvaise idée par manque, justement, de précision.

Dès 1963 les réflexions débutent sur un fusil à répétition. En 1966, la Manufacture d’Armes de Saint-Etienne propose alors le FR-F1, le fusil à répétition modèle F1. Grâce à sa culasse qui avance et avec de bons réglages, la cartouche peut être « parfaitement centrée, ce qui lui donne sa grande valeur et sa précision» Cependant un problème de pliure au niveau du boitier est détecté au départ du coup.

Fusil de précision, fusil, FRF2, tireur de précision, opération, Afghanistan, 7,62mm

Le modèle FR-F2 arrive en 1986 et corrige ce problème grâce à l’ajout d’un manchon thermique qui diffuse la chaleur dégagée par le canon. Ce manchon empêche également la détection de la signature thermique du fusil, grande avancée dans l’armement de précision pour s’adapter à une guerre moderne. Enfin, le FR-F2 gagne en précision grâce à un canon à trois rayons à lame conique.

Trouvez ci-dessous l’interview complète d’Henri Canaple, qui travaillait à la MAS (la majorité des phrases en anglais sont traduites) :


L’appel d’offre pour le Fusil de Précision Semi-Automatique (FPSA) H3

En 2018, la Direction Générale de l’Armement lance un appel d’offre pour le programme FPSA, le Fusil de Précision Semi-Automatique, afin de remplacer le FR-F2. Les deux principaux concurrents sont alors l’allemand Heckler und Koch avec son HK 417 et le belge FN Herstal avec son SCAR H PR. Un fusil français était également en lice : le VCD-10 de Verney-Carron.

Pendant une année les techniciens et ingénieurs du Centre d’essais et d’expertise de la DGA et les militaires de la Section technique de l’armée de Terre ont menés des essais sur les différentes armes proposées.

Le 13 décembre 2019, le ministère des Armées annonce que FN Herstal remporte ce marché s’élevant à 100 millions d’euros. Il comporte 2 610 fusils de précision SCAR H PR (Precision Rifle), 1 800 lunettes de visée à intensification de lumière, 1 000 dispositifs d’imagerie thermique et 6,3 millions de munitions.

SCAR, FN Herstal, FPSA, fusil de précision, tireur de précision, armée française

Le cahier des charges était exigeant et demandait notamment un chiffre d’affaires annuel élevé, d’au minimum 50 millions d’euros. C’est pour cette raison que FN Herstal s’est associé à d’autres sociétés. Ce groupement industriel comprend :

  • FN Herstal, en charge de l’arme et de la lunette diurne
  • OIP Sensor Systems, en charge des optiques et instruments de précision
  • Telefunken-Racoms, en charge de l’optoélectronique
  • MEN, en charge des munitions

Les livraisons de fusils de précision SCAR H PR s’étaleront entre 2020 et 2022.


Comparatif des caractéristiques techniques du FR-F2 et du SCAR H

Le SCAR H PR est une arme semi-automatique à l’inverse de son prédécesseur. Il comporte une crosse et un appuie-joue réglables, deux profils de plaque de couche (concave et convexe) et une poignée anti-glisse.

Le FR-F2 était équipé de différentes lunettes selon le corps d’armée (APXL 806-04 pour l’armée de Terre, Scrome ou Nightforce NXS pour l’armée de l’Air, Schmidt & Bender 6x42 mil-dot pour la Marine). Le SCAR quant à lui sera équipé d’un seul modèle de lunette jour, la Schmdit & Bender PM 2. Il pourra aussi disposer d’un viseur thermique TIGRIS-IR et d’un viseur de nuit TIGRIS-IL.

Ce nouveau fusil de précision est qualifié de « sûr, précis, fiable, robuste et ergonomique ». 


 


FR-F2

SCAR H PR

Longueur (mm)

1 138

1 020

Longueur du canon (mm)

600

508

Poids (arme nue) (kg)

5,1

4,5

Poids (arme chargée) (kg)

6,25

6,75

Calibre (mm)

7,62

Vitesse initiale (m/s)

820

880

Mode d’action

Répétition manuelle

Semi-automatique

Portée maximale (m)

3 850

Portée pratique (m)

800

600

Contenance du chargeur

10 cartouches

10 ou 20 cartouches


Laissez un commentaire