La Fédération Nationale de Protection Civile

La Fédération Nationale de Protection Civile

de lecture - mots

L’expression « protection civile » désigne « la protection des populations civiles en temps de paix et de guerre ». Ce terme se retrouve de ce fait dans le nom d’administrations ou d’associations, dont la fédération nationale de protection civile. Cette association créée il y a plus de 60 ans peut compter sur des milliers de bénévoles pour renforcer les services publics lors de sinistres ou de rassemblement, mener des actions d’aides humanitaires ou sociales, et assurer des formations.


Histoire de la Protection Civile

Dans les années 50, la notion de « protection civile » est peu répandue et la population peu sensibilisée à cette problématique. La première association départementale de protection civile (ADPC) est créée en 1958 en Bretagne, dans les actuelles Côtes d’Armor. D’autres associations voient le jour partout en France, et en 1964 le général De Gaulle les rassemble au sein d’un même organisme : la fédération nationale de protection civile (FNPC).

Le 14 novembre 1969, le gouvernement reconnaît cette fédération comme un organisme d’utilité publique

En 1984, la Protection Civile constitue des groupes polyvalents d’intervention, conçus pour aider les populations sinistrées lors de catastrophes naturelles ou industrielles sur le territoire français. En 1989, son panel de missions s’élargit davantage en proposant des formations de secourisme (avec un objectif d’un million de personnes formées en quelques jours) et des actions de prévention. Cette même année, avec ses 150 000 adhérents, la fédération nationale de protection civile devient la troisième plus importante fédération d’assistance mondiale.

En 1991, plusieurs diplômes sont créés par la réforme du secourisme, tels que l’Attestation de formation aux premiers secours (AFPS), le Certificat de formation aux premiers secours en équipe (CFAPSE) ou encore le brevet national d’instructeur de secourisme. En 2004, la Protection Civile se modernise encore plus et développe ses missions. Deux ans plus tard, elle est la première association à obtenir chacun des quatre agréments de sécurité civile (voir « Missions de la Protection Civile »)



L’organisation de la Protection Civile

Le siège de la Protection Civile se situe depuis 2020 en Seine-Saint-Denis, à Pantin. La fédération a opté pour une organisation à différents échelons afin de gagner en efficacité et en cohérence.

Quelques chiffres

En 2020, la fédération nationale de protection civile compte 32 000 bénévoles et 2 000 formateurs aux premiers secours.

Protection civile, Lille, intervention

Elle est en charge chaque année de 20 000 dispositifs de secours, permettant d’aider 78 000 personnes. Les membres de la Protection Civile totalisent 18 millions d’heures de bénévolat, soit plus de 2 000 ans !

L’association possède 1 230 véhicules, notamment 442 ambulances et 405 véhicules légers, mais aussi 80 véhicules logistiques, 57 embarcations de reconnaissance et de secours et 115 vélos.

La FNPC est composée de 400 antennes réparties dans toute la France et les DOM-TOM, au travers de 97 associations départementales qui répondent à une organisation précise en quatre échelons.

Elle dispense chaque année 130 000 formations.


Les quatre échelons de la FNPC

Ce réseau comprend un échelon national composé de trois vice-présidents et de commissions de cadres bénévoles. Ils ont en charge la partie administrative de l’association et la coordination avec les institutions (Sécurité civile, police…) lors de situations de crise affectant la population.

Protection civile, insigne, Aveyron, véhicule de secour

Des relais sont ensuite établis par zones de plus en plus petites grâce à l’échelon sectoriel et l’échelon départemental. Celui-ci assure la liaison entre une antenne locale et les mairies ou départements. A l’exception de quelques départements, chacun dispose d’une association affiliée à la FNPC.

Enfin, l’échelon local comptabilise 400 antennes locales de proximité, permettant de quadriller le territoire et ainsi d’intervenir rapidement et partout.



Les missions de la Protection Civile

La fédération nationale de protection civile a développé ses compétences dans quatre domaines d’action. Par ailleurs, elle détient quatre agréments de sécurité civile, délivrés par arrêté du ministère de l’Intérieur.

Protection civile, autoroute, véhicule intervention


Les agréments de sécurité civile

Les associations détenant un ou plusieurs de ces agréments peuvent être sollicitées dans des opérations de sécurité civile (catastrophe, attentat, événement…). Sur les 15 associations agréées en France, seules sept, dont la Protection Civile, ont obtenu les quatre agréments suivants :

  • A – opérations de secours : renforcer les services publics dans le secours aux personnes, comprenant dans certains départements le sauvetage aquatique.
  • B – actions de soutien et d’accompagnement aux populations sinistrées : assister et prendre en charge la population lors d’accident, de catastrophe ou de sinistre.
  • C – encadrement des bénévoles : en lien avec les services de l’Etat, organiser et gérer les bénévoles lors de situations décrites dans l’agrément B.
  • D – dispositif prévisionnel de secours : mettre en place des postes de secours de différentes envergures selon l’événement ou le rassemblement prévu.

Les missions de secours de la Protection Civile

La Protection Civile possède de multiples missions et domaines d’action.

Protection civile, protection population, événements, Lille

Grâce à son agrément D, elle peut être chargée des dispositifs prévisionnels de secours (DPS). Ces postes de secours sont installés lors d’événements culturels, sportifs, festifs… Le nombre de moyens humains et matériels est adapté à la fréquentation de cet événement, variant de deux secouristes pour les plus petits à plus de quarante dirigé par un chef de dispositif pour ceux de très grande envergure.

En Ile-de-France, dans le Nord ou dans le Bas-Rhin, la FNPC a intégré le réseau de secours public aux côtés du SAMU et des pompiers, et intervient pour des cas de secours à personne sur la voie publique ou à domicile. Certaines équipes sont également intervenues lors de sinistres particuliers (attentat du RER B à Paris en 1995, marée noire de l’Erika en 1999, explosion de l’usine AZF à Toulouse en 2001…) 

La Protection Civile mène des actions humanitaires à l’étranger. Elle a par exemple participé à la mission « Balkans » en 1999 où elle a porté assistance aux réfugiés de la guerre du Kosovo. Elle a également été mobilisée au Sri Lanka et en Thaïlande en 2004 pour venir en aide à la population après un tsunami provoqué par un séisme dans l’océan Indien.

 Protection civile, assistance population

La fédération apporte également une aide sociale aux plus démunis. Les bénévoles participent à des maraudes afin d’aller à la rencontre des sans-abris et de leur fournir des repas chauds et d’échanger quelques mots bienveillants. En hiver, l’association organise des collectes de dons, de nourriture et de vêtements.


Les formations dispensées par la Protection Civile

Outre ses actions de secours tout au long de l’année, la fédération nationale de protection civile dispense aussi de nombreuses formations, à destination du grand public, des entreprises, ou de ses propres bénévoles. Ainsi, 6 000 formateurs instruisent tous les ans 130 000 personnes, dont 80 000 au PSC1.

La formation aux premiers secours est la plus répandue. Le PSC1 (Prévention et secours civiques de niveau 1) dure 7h et apprend les gestes élémentaires à appliquer dans le cas de certaines situations de la vie quotidiennes (malaise, plaies, arrêt cardiaque, brûlures…). Il s’adresse au grand public et aux bénévoles. Plus coure, la formation GQS (Gestes qui sauvent) dure deux heures et est dispensée aux élèves à partir de la primaire afin de les initier à ces gestes essentiels (se protéger, alerter, massage cardiaque, position latérale de sécurité). Enfin, d’une durée d’une heure, la formation AMD (Alerter Masser Défibriller) se concentre uniquement sur la prise en charge d’un arrêt cardiaque par le massage ou l’utilisation du défibrillateur.

La Protection Civile propose pour ses adhérents le PSE1 et PSE2 (Premiers secours en équipe de niveau 1 et 2). Le premier niveau dure 35h, apporte un cadre juridique et de nouvelles connaissances sur le secours (cas de noyades, traumatismes des os, brancardage, immobilisation…). Le PSE2 dure 28h et pousse plus loin la formation sur le secours à la personne (aggravation d’une maladie, souffrance psychique…) et l’organisation au sein de l’équipe.

La FNPC permet de se former au secours en milieu aquatique au travers de différents diplômes : le brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique (BNSSA ; pour la surveillance des piscines privées et des plages), le SSA1 et SSA2 (surveillance et sauvetage aquatique eaux intérieures / littoral ; prévention, surveillance et sauvetage en milieu naturel aménagé pour le public), et le PAE-SAMN (pédagogie appliquée à l’emploi de formateur au sauvetage aquatique en milieu naturel ; destiné aux formateurs).

Protection civile, aquatique, Paris, Zodiac

Enfin, la Protection Civile délivre des formations au sein des entreprises, que ça soit les premiers secours (PSC1), la sécurité au travail (SST, EPI), destiné aux aides ou soignants à domicile (APS-ASD)….



Comment intégrer la Protection Civile ?

La seule condition pour être bénévole à la fédération nationale de protection civile est d’être âgé de plus de 16 ans. Cependant, en plus d’une bonne condition physique, certaines qualités sont demandées : l’esprit d’équipe, l’altruisme, la résistance au stress, la rigueur, la capacité à s’adapter.

L’adhérant doit également être très disponible pour participer aux missions de son association départementale, et pour se former en continu. Toutefois, poursuivre ses études ou avoir une activité professionnelle n’est pas incompatible avec le bénévolat au sein de la Protection Civile, puisque beaucoup d’événements au lieu le week-end. En moyenne, une ADPC demande au bénévole d’être présent à au moins trois actions par mois (poste de secours, assistance lors d’une formation, maraude…)

Une formation aux premiers secours n’est pas requise pour entrer dans la Protection Civile, mais le PSC1 est obligatoire pour participer aux missions sociales et humanitaire. Titulaire de cette qualification, il peut également participer aux dispositifs prévisionnels de secours en tant que stagiaire ou logisticien administratif et technique. Pour intégrer le poste de secours en tant que secouriste ou équipier secouriste, il doit d’abord obtenir le PSE1 et PSE2. Plus tard, il peut aussi devenir chef d’équipe ou de dispositif avec des formations complémentaires.


Laissez un commentaire